Les derniers stages moins chers
Suivez-nous

Sécurité routière et moto

Parmi les accidents ayant entraîné la mort de conducteurs, 19% concernaient des motards, avec motos légères ou grosses cylindrées, en 2013. C’est cette dernière catégorie qui est la plus concernée par les accidents mortels : 8 morts sur 10 tués à moto en 2012 conduisaient une grosse cylindrée. En 2012, on a dénombré en plus 14 087 blessés. Ainsi, les motards sont particulièrement concernés par les risques de la route et c’est pourquoi ils font l’objet d’une attention particulière en termes de sécurité routière.

Risques à moto

Sécurité Routière Motard

La moto n’est pas sans risque et sa conduite implique d’en connaître les facteurs et les maîtriser afin d’encourager les baisse des chiffres d’accidents constatés. Parmi les risques principaux on recense :

  • le manque d’adhérence : si on dit qu’un pneu de voiture dispose d’une surface d’adhérence de la taille d’une carte postale, cette surface se réduite à une carte de crédit pour une moto. En outre, une voiture s’appuie sur 4 roues et une moto 2, cette dernière est donc moins stable, notamment dans les courbes et par temps de pluie. Elle est aussi plus sensible aux écueils sur les voies de circulation.
  • Les 2 roues sont particulièrement sujet à l’effet tunnel : plus la vitesse augmente, plus le champ visuel est réduit, ainsi à 130 km/h, le conducteur voit sont champ visuel réduit à 30°, il est d’autant plus difficile de réagir aux imprévus avec une moto. Il faut donc être en mesure d’adapter son allure.
  • Attention aussi au manque de visibilité : un 2-roues peut vite être masqué à l’automobiliste (angle mort, de nuit on le confond avec une voiture, on ne voit pas plusieurs motards qui se suivent), il est de la responsabilité du motard de faire en sorte de se rendre le plus visible possible en se positionnant sur la chaussée de manière à ce que l’automobiliste le repère.
  • La distance et la vitesse d’une moto sont aussi parfois plus difficile à appréhender par le cerveau, comme elle est petite et étroite, elle est souvent analysée à une distance plus éloignée qu’elle ne l’est en réalité.
  • En plus du rétrécissement du champ visuel, la vision peut aussi jouer d’autre tour, comme le phénomène de la tâche aveugle : le cerveau peut ainsi tromper la vue en éliminant du champ de vision certains éléments qui nous font face en les approchant, il est ainsi possible de ne pas voir un 2-roues à côté d’une voiture, il faut donc toujours être vigilant, de part et d’autres.
  • Le freinage et notamment le freinage d’urgence est l’une des situations à l’origine de nombreux accidents et, ce, quelle que soit l’expérience du conducteur de 2-roues : une moto roulant à 90 km/h a besoin de 85m pour freiner, contre 78m pour une voiture lancée à la même vitesse. En outre, le freinage est déséquilibré sur un 2-roues : 70% sur l’avant et 30% sur l’arrière c’est pourquoi, le freinage d’urgence est à l’origine de nombreuses chutes.

Obligations du motard

L’article R431-1 du Code de la route prévoit que tout conducteur et passager d’une moto, tricycle à moteur, quadricyle à moteur doit être coiffé d’un casque homologué et qu’il doit être attaché. Si ce n’est pas le cas le conducteur, comme le passager, encourt une amende de 4ème classe. Le véhicule peut être immobilisé.

En outre, si l’infraction est commise par le conducteur, il entraîne la perte de 3 points de permis, qui peuvent être récupérés par la suite lors d’un stage de récupération de points.

Les passagers transportés en 2-roues doivent l’être sur un siège fixé au véhicule et différent de celui du conducteur, une selle double ou une banquette sont assimilées à 2 sièges (article R431-5).

L’article R431-11, dispose aussi que sur les véhicules à 2-roues, sauf tandem, le siège passager doit être muni soit d’un système d’attache, soit au moins d’une poignée et de 2 repose-pied.

Les feux des deux roues doivent aussi être allumés de jour comme de nuit.

Enfin, plusieurs articles du Code de la Route prévoient certaines conditions de circulation pour les 2-roues. Les 2-roues non équipés de side-car peuvent rouler de front mais pas à plus de 2 et de jour, les véhicules équipés de side-car ou remorque, ne peuvent pas rouler de front. Certaines conditions de circulation peuvent aussi exiger que les 2-roues non équipés de side-car se mettent en file.

Un 2-roues ou cyclomoteur de ne peut pas se faire remorquer par un autre véhicule.

Un 2-roues motorisé, sans side-car ou remorque, peut être autorisé à emprunter une piste cyclable par décision du pouvoir de police après avis du préfet. Ils peuvent aussi utiliser les aires destinées aux piétons, sauf dispositions contraires, à la condition d’adopter une allure au pas et ne pas occasionner de gêne aux piétons.

Hors-agglomération les 2-roues, sans remorques, ni side-car, peuvent circuler sur les trottoirs et contre-allées pour piétons en cas de route pavée ou en réfection. Les 2-roues doivent alors respecter l’allure du pas en croisant des piétons et réduire leur vitesse.

Conseils de sécurité routière

En tant que motard, vous devez être très vigilant à l’état des pneus de véhicule, facteur de risque d’accident très important. Il est aussi primordial en conduisant une moto d’être très attentif au regard, les autres sens notamment l’ouïe, sont réduits, il faut donc beaucoup plus solliciter le regard au volant d’un 2-roues et resté très attentif.

Sachez anticiper les situations dangereuses et les éviter : méfiez-vous des carrefours, passages, sorties de véhicules, giratoires etc), soyez vigilants si vous êtes entourés de véhicules, à l’arrêt soyez aussi attentifs si un véhicule arrive derrière, n’oubliez jamais les autres usagers (piétons), autres 2-roues…).

Toujours se placer au 2/3 à gauche de la voie de circulation afin de mieux appréhender le contexte et maximiser ses chances d’être vu. Cherchez le regard de l’automobiliste dans le rétroviseur afin d’être certain qu’il vous a vu. Considérez que vous devez toujours faire en sorte d’être vu car l’automobiliste ne vous cherche pas. Outre le positionnement sur la voie, pensez à vous équiper de matériel réfléchissant pour être plus visible.

En plus des règles de conduites, choisissez bien votre casque, prenez le temps de l’essayer et d’être conseillé. En effet, dans 20% des accidents, les casques sont éjectés parce qu’ils sont mal ajustés ou pas à la bonne taille.

Enfin dans le cas où vous prenez un passager, communiquez avec celui-ci avant de monter sur le véhicule et surtout convenez d’un code pour communiquer en roulant. Avec un passager, le comportement de la moto est modifié car plus lourde. Son centre de gravité est déplacé et cela peut surprendre. Il faut adapter sa conduite et bien rappeler les règles au passager en amont : ne pas poser son pied à l’arrêt, ajuster sa position en ligne droite mais pas dans un virage, suivre les mouvements dans un virage mais sans exagération, éviter les gestes brusques etc.